Retournez à la carte
Courteline et Labiche

Farces légères et cruelles !

Avatar de Frédéric Schmitt
Avatar de Jean-Christophe Barbaud

Deux farces réjouissantes : Monsieur Badin ou le pouvoir de l’administration ridiculisé. Un jeune homme pressé ou la peur panique du bourgeois d’être détrôné.

Monsieur Badin de Georges Courteline : le jour où Monsieur Badin, fonctionnaire à l’absentéisme très appliqué, se révolte… Le directeur saura-t-il faire face ?
Un jeune homme pressé d´Eugène Labiche : deux heures du matin… Dardard fait irruption chez Pontbichet, marchand de gants, pour lui demander illico la main de sa fille, aperçue le soir même au spectacle… il n’a pas de temps à perdre…

Contact